A pas de géant

Il n’est plus temps de tergiverser, les travaux doivent avancer à pas de géant si l’on veut que tout soit prêt pour l’ouverture l’année prochaine. Le nombre d’entreprises et d’artisans sur le chantier est important, l’organisation est complexe pour que chacun puisse avancer sans retarder les autres, ou se retrouver bloqué faute d’avancement suffisant des autres.

Prenons bâtiment par bâtiment, pièce par pièce, pour constater les progrès des travaux.

L’auditorium
Voilà la pièce la plus achevée des lieux, fermée à l’accès pour garder au maximum la chaleur et se prémunir au maximum de l’humidité : le bois est fragile… Restent à être installés l’équipement technique, quelques lumières et bien sûr les fauteuils.

Auditorium quasi achevé. Les fauteuils manquent bien sûr, ainsi que les équipements techniques et quelques lumières. Sur la photo, quelques habillages sont encore en cours de pose.
Auditorium quasi achevé. Les fauteuils manquent bien sûr, ainsi que les équipements techniques et quelques lumières. Sur la photo, des habillages sont encore en cours de pose.
Main courante des gradins de l'auditorium.
Main courante des gradins de l’auditorium.

Les salles de réception
La plus grande des salles, près de l’auditorium, a reçu son parquet, et quelques couleurs ont été peintes aux murs. Le carrelage de l’office est posé, celui des sanitaires côté coursive aussi. Le mobilier est en cours de réalisation…

Le parquet de la grande salle de réception est achevé (et protégé).
Le parquet de la grande salle de réception est achevé (et protégé).
La grande salle de réception, première couche de peintures.
La grande salle de réception, première couche de peintures.
La grande salle de réception, essais de peintures sur l'office.
La grande salle de réception, essais de peintures dans l’office et sous la poutre.
L'office de la salle de la poutre et son carrelage en cours de pose.
L’office de la salle de la poutre et son carrelage en cours de pose.
Détail du carrelage de l'office de la salle de la poutre.
Détail du carrelage.

 

La salle de la meunerie est elle aussi bien avancée, le sol en béton poncé est achevé, les essais couleurs sur les murs ont été effectués et l’office a été plaqué.

Sol de la salle de la meunerie en béton poncé. Un peu de nettoyage est nécessaire pour avoir l'effet final.
Sol de la salle de la meunerie en béton poncé. Un peu de nettoyage est nécessaire pour avoir l’effet final. Le même sol se retrouvera dans la petite salle de réception, la galerie, les circulations de la coursive et à l’accueil.
La salle de la meunerie, sol poncé, essais de couleurs sur le mur des sanitaires (en gris, dans l'angle droit) et en face couleur rouille.
La salle de la meunerie, sol poncé, essais de couleurs sur le mur des sanitaires (en gris, dans l’angle droit) et en face couleur ocre rouge.

La petite salle de réception, à côté de la salle de la meunerie a été entièrement plaquée, murs et plafonds, tandis que le sol en béton a été poncé.

Les circulations
Entre les deux salles, le couloir menant à l’ascenseur est bien avancé, le mur refait plaqué et le mur en pierre entièrement rejointoyé. Quant au sol, il est lui aussi en béton poncé.

Le mur en pierre du couloir menant à l'ascenseur a été rejointoyé (en août).
Le mur en pierre du couloir menant à l’ascenseur a été rejointoyé (en août).
Face au mur en pierre, le mur en béton banché a été plaqué. Le plafond aussi a été habillé, ici de plaque acoustiques.
Face au mur en pierre, le mur en béton banché a été plaqué. Le plafond aussi a été habillé, ici de plaques acoustiques.

Poursuivons notre visite des lieux par la coursive. Au rez-de-chaussée, le sol a été poncé à l’identique des salles de réception que l’on vient de voir, ainsi que chacun des paliers. Pour monter, rien de plus simple maintenant que l’escalier a été construit ! Du vrai mécano, en métal. Parallèlement à l’escalier a été installé l’ascenseur, dans sa cage en béton dont nous avons suivi la construction dans un précédent article. Pour l’instant rien ne fonctionne, il n’est pas mis en service.

L'escalier de secours vu depuis le deuxième étage. Béton et métal, ambiance "brut".
L’escalier de secours vu depuis le deuxième étage. Béton et métal, ambiance « brut ».
L'ascenseur récemment posé. Vu depuis le nouvel escalier
L’ascenseur récemment posé. Vu depuis le nouvel escalier.

Des pénuries de matériaux pour la fabrication des baies de l’escalier, de la coursive et de ses paliers ont entraîné un retard pour la mise hors d’air, mais depuis novembre leur installation est quasi non-stop. Les plaquistes vont pouvoir prendre la suite pour habiller les murs.

La coursive avec ses nouvelles baies, en cours de pose en décembre.
La coursive avec ses nouvelles baies, en cours de pose en décembre.
La façade du moulin depuis le jardin. On devine les châssis de l'escalier qui accueilleront de grandes baies vitrées, et au-dessus du toit en pente, la flèche du camion-grue déposant les fenêtres à poser de la coursive et de l'escalier.
La façade du moulin depuis le jardin. On devine les châssis de l’escalier qui accueilleront de grandes baies vitrées, et au-dessus du toit en pente, la flèche du camion-grue déposant les fenêtres à poser de la coursive et de l’escalier.

Profitons de l’escalier pour visiter les chambres, tout en haut.

Des tests peintures ont été réalisés, les couches finales ne seront appliquées qu’au tout dernier moment. Mais ces essais nous permettent d’avoir une première idée, à fortement relativiser car le mobilier va profondément changer l’aspect des pièces. (Sans parler des couleurs que vous avez à votre écran qui sont loin de refléter la « réalité » puisque 1- j’utilise un appareil photo dont le rendu varie avec la lumière ambiante -et la qualité de ses composants-, et 2- vos écrans eux-mêmes ne sont peut-être pas fidèles à ce que l’appareil a pris. Multiple distorsion, impossible donc d’émettre un avis en l’état, d’autant qu’il ne s’agit que d’un avis personnel.)

Côté carrelage, les décorateurs ne peuvent pas revenir sur leurs choix premiers, les carreleurs ont posé carrelages et faïences des sanitaires. Depuis les prises de vues, les parquets (bois massif) ont été collés.

Chambre PMR, essais de peinture
Chambre 2.
Chambre 2.
Chambre 3. Depuis la prise de vue, le plafond a été peint en gris.
Chambre 3. Depuis la prise de vue, le plafond a été peint en gris.
chambre 4, essais de peintures
Chambre 5, seconde des chambres jumelées. les couleurs sont identiques.
Chambre 5, seconde des chambres jumelées. Les couleurs sont identiques.
Chambre 5, vue sur chambre 4.
Chambre 5, vue sur chambre 4.
La salle de bain de la chambre 4, le sol est carrelé.
La salle de bain de la chambre 4, le sol est carrelé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La cour

Le local poubelles est quasiment achevé devant le vieux moulin. Il se situe à l’emplacement du perron de l’ancienne maison du papetier et permettra l’accès à l’auditorium et à la salle de la poutre. C’est un réduit en béton banché entièrement doublé de pierres couvert d’un toit terrasse.

Le local poubelles en cours de construction.
Le local poubelles en cours de construction.
Le toit-terrasse du local poubelles, bien étanche comme nous pouvons le constater !
Le toit-terrasse du local poubelles, bien étanche comme nous pouvons le constater !

Le terrassement dans la cour a commencé, pour atteindre les bons niveaux de sols d’une part, et pour creuser les passages des réseaux (eau, gaz, électricité) d’autre part.

Les gros engins sont venus à la rescousse pour creuser les fouilles et mettre la cour en état.
Les gros engins sont venus à la rescousse pour creuser les fouilles et mettre la cour en état.

Le grand gîte et le logement de fonction

À partir de la cour, passons au grand gîte et au logement de fonction situés dans l’ancienne ferme. Dans le gîte, les premiers essais de couleurs ont eu lieu, l’attente est de mise pour la suite. Dans le logement de fonction, pas de couleur de prévue, tout sera blanc. L’escalier, permettant de passer du rez-de-chaussée côté jardin au rez-de-chaussée côté cour (qui constitue pour celui-là un étage), a été installé. Là aussi attente de la suite des finitions (parquets, carrelages et faïences).

 

Salle à manger du grand gîte, essais de peintures.
Salle à manger du grand gîte, essais de peintures.
Chambre PMR du grand gîte.
Chambre PMR du grand gîte. Au fond, la porte des sanitaires privatifs.
A l'étage, le salon du grand gîte, donnant sur le jardin (au niveau de la grande baie nouvellement ouverte, au-dessus de la chambre PMR).
A l’étage, le salon du grand gîte, donnant sur le jardin (au niveau de la grande baie nouvellement ouverte, au-dessus de la chambre PMR).
Face au salon, une chambre donnant sur cour éclairée par un bandeau de fenêtres ouvertes récemment.
Face au salon, une chambre donnant sur cour, éclairée par un bandeau de fenêtres récemment ouvertes.
A côté de cette première chambre, une autre sur cour pouvant accueillir trois lits.
A côté de cette première chambre, une autre sur cour pouvant accueillir trois lits.
Le couloir du grand gîte, paré de nombreuses couleurs conférant un côté gai à l'ensemble.
Le couloir du grand gîte, paré de nombreuses couleurs conférant un côté gai à l’ensemble.
Petite chambre du grand gîte, située sur jardin, pour un lit une place.
Petite chambre du grand gîte, située sur jardin, pour un lit une place.
En face de cette petite chambre s'ouvre une grande chambre sur cour, pour trois personnes.
En face de cette petite chambre s’ouvre une grande chambre sur cour, pour trois personnes.
Retraversons le couloir pour pénétrer dans la dernière chambre, sur jardin, très lumineuse.
Retraversons le couloir pour pénétrer dans la dernière chambre, sur jardin, très lumineuse.
Salon du logement de fonction, ouvrant sur la cave.
Salon du logement de fonction, ouvrant sur la cave.
Escalier du logement de fonction, en bois.
Escalier du logement de fonction, en bois. Il accède à l’étage, situé sur cour, dont les finitions sont plus avancées que celles du bas.

Le logement de fonction ouvre sur la buanderie qui a été entièrement plaquée depuis de nombreux mois. Il était autrefois possible de passer dans l’accueil directement depuis la buanderie, mais là, surprise, le petit ascenseur a été installé depuis quelques semaines. La particularité de cet ascenseur est que la cage s’ouvre sur deux côtés au rez-de-chaussée et un troisième à l’étage : un côté dans la buanderie (au sud), un côté à peine plus haut à l’accueil (à l’ouest), le dernier à l’étage dans la galerie (au nord).

Petit ascenseur permettant d'accéder de l'accueil à la galerie de la cour.
Petit ascenseur permettant d’accéder de l’accueil à la galerie de la cour.

A l’accueil, murs et plafonds ont été doublés, l’armoire de relais électrique et sécurité construite à côté de ce que sera la banque d’accueil (disposition réglementaire).

Accueil, placage achevé.
Accueil, placage achevé.

L‘atelier d’artiste est aussi à un stade proche des finitions, la cage d’escalier ayant été construite, les murs et plafonds habillés.

Atelier d'artiste, dans l'attente des finitions.
Atelier d’artiste, dans l’attente des finitions.

Descendons maintenant au petit gîte. Dans le dernier article à son sujet, nous étions restés à une coquille vide, ça n’est plus le cas. Les plaquistes sont entrés en action, les murs sont désormais isolés, restent à habiller, les rares cloisons sont installées. Les plafonds sont doublés, celui de l’étage laisse la charpente apparente. L’escalier en revanche n’est pas encore posé, laissant le rez-de-chaussée peu accessible (la porte en façade ne s’ouvre pas). Les volumes sont vastes, le dégagement sur le salon dans l’extension en ossature bois diversifie les horizons et les niveaux. En images :

A l'étage du petit gîte, vue depuis la cuisine sur l'espace qui sera le salon. La charpente est bien apparente, les volumes sont agréables.
A l’étage du petit gîte, vue depuis la cuisine sur l’espace qui sera la salle à manger. La charpente est bien apparente, les volumes sont agréables. Le trou au sol accueillera l’escalier.
Dans l'autre sens, vue sur l'espace de la cuisine avec embryon de cloison.
Dans l’autre sens, vue sur l’espace de la cuisine avec embryon de cloison.
Vue sur le jardin depuis le salon.
Vue sur le jardin depuis le salon.
Depuis la terrasse extérieure, l'entrée du gîte et la baie du salon.
Depuis la terrasse extérieure, l’entrée du gîte et la baie du salon.
En point d'orgue, la façade du petit gîte, habillée de ses fenêtres et de sa porte toutes neuves.
En point d’orgue, la façade du petit gîte, habillée de ses fenêtres (en bois) et de sa porte (elle aussi en bois) toutes neuves.

La visite de chantier va s’achever sur du terrassement lourd, la réalisation du grand parking permettant d’accueillir une cinquantaine de véhicules, situé en très léger contrebas du moulin et accessible à pied depuis celui-ci. Ce parking est prévu arboré (5 arbres de pleine tige vont être plantés), non bitumé mais couvert de concassé ensemencé de trèfle ras, les talus seront végétalisés, les haies détruites pour les travaux vont être replantées et d’autres réalisées. L’ambition étant de ne pas dénaturer le paysage remarquable d’un hameau papetier. À l’heure actuelle l’effet est saisissant (pas rendu sur les photographies), une grande plateforme s’avançant dans le champ et dominant le petit vallon. La végétation atténuera cette sensation de « gigantisme ».

Le grand parking, depuis le virage en contrebas du moulin.
Le grand parking, depuis le virage en contrebas du moulin. Au fond, le village du Petit-Vimal.
Le parking depuis sa future entrée, avec vue sur le Petit-Vimal.
Le parking depuis sa future entrée, avec vue sur le Petit-Vimal.

Et une petite dernière pour finir, une vue avant de partir, la façade quasiment achevée (reste à habiller la cage d’escalier).

Vue du moulin depuis la route.
Vue du moulin depuis le moulin de Vernières (petit gîte).

7 thoughts on “A pas de géant

  1. Nous avons hâte d’admirer le résultat final, tour à l’air magnifique avec une petite nostalgie de revoir les lieux ainsi transformés.

  2. immense, cette visite ! Merci, Isabelle. Je ne peux m’empêcher de penser au fonctionnement tous azimuts de ce grandiose projet, féliciter tous les acteurs qui ont tellement travaillé sur les réalisations (dont toi, bien sûr) et explications multiples. Mille souhaits de belle vie à cette renaissance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *