Le moulin de Vernières

Le moulin de Vernières est cette petite maison au bas du moulin de Nouara, en bordure de la route, que beaucoup ici connaissent comme étant la « maison de l’abbé Duval ».

Difficile de la dater, son architecture de pierre, pisé et bois étant indatable et intemporelle. S’agit-il du moulin à grain mentionné dans sa déclaration de biens pour le calcul de la taille en 1742 par Claudine Dupuy, veuve de Claude Gourbeyre et mère de Pierre Gourbeyre ? Un moulin est signalé à cette place en 1837 sur le cadastre napoléonien, mais rien ne permet de dater l’édifice en lui-même.

Dans le projet de Nouara, le moulin de Vernières est destiné à devenir un petit gîte permettant d’accueillir cinq personnes. Les travaux ont progressé sur ce bâtiment depuis que le gros œuvre a fortement diminué sur le reste du moulin.

Nous allons suivre les différentes étapes de progression pour aboutir à la situation actuelle.

Il s’est d’abord agi de démolir l’intérieur du moulin : plafonds, cloisons, plancher haut puis plancher bas totalement pourris.

L'intérieur de la petite maison, une fois les planchers détruits. Une fois les gravats débarrassés, les maçons vont, comme pour tous les autres bâtiments, préparer la partie basse pour couler la dalle inférieure.
L’intérieur de la petite maison, une fois les planchers détruits. Une fois les gravats débarrassés, les maçons vont, comme pour tous les autres bâtiments, préparer la partie basse pour couler la dalle inférieure.

Pour repartir du bas et couler une dalle, il a fallu décaisser et remplir le trou obtenu par un cubage de gravier impressionnant.

Préparation de la dalle basse du moulin de Vernières
Préparation de la dalle basse du moulin de Vernières.

La dalle coulée, les maçons sont passés aux murs du rez-de-chaussée, en piteux état et surtout suivant la forme du rocher sur lequel la maison est appuyée, donc courbe. Un mur droit a été monté, qui permettra au ruissellement de s’écouler par drainage dans le ruisseau et de tenir l’étage sur plancher.

Dalle du rez-de-chaussée fraîchement coulée.
Dalle du rez-de-chaussée fraîchement coulée.
Moulin de Vernières, la dalle du rez-de chaussée sèche, les murs ont été repris par des murs banchés par devant.
Moulin de Vernières, la dalle du rez-de-chaussée sèche, les murs ont été repris par des murs banchés par devant.
Les cabanes à l'arrière de la petite maison ont été détruites et la terrasse nettoyée. Une extension en bois va être construite à la place, qui sera le nouveau salon avec terrasse.
Les cabanes à l’arrière de la petite maison ont été détruites et la terrasse nettoyée. Une extension en bois va être construite à la place, qui sera le nouveau salon avec terrasse.

La maison est restée à ce stade pendant un long moment, les artisans s’attaquant à l’arrière de la maison, sur la façade et à l’emplacement des cabanes en bois démolies l’année dernière.
Les maçons ont commencé par ouvrir une grande porte permettant l’accès entre la salle de l’étage et le salon extérieur. Ils ont ensuite aplani le sol, dégagé et élargi la zone. Puis ils ont creusé les fondations de l’extension devant être implantée en cette zone. Une fois les fondations posées, un muret a été construit pour accueillir la structure en ossature bois et l’isoler ainsi du sol.

Fin juin, une grande porte est ouverte à l'arrière du petit moulin reliant le salon extérieur à la salle de l'étage. Elle évite de sortir de la maison en cas de pluie ou de froid et de passer par la terrasse.
Fin juin, une grande porte est ouverte à l’arrière du petit moulin reliant le salon extérieur à la salle de l’étage. Elle évite de sortir de la maison en cas de pluie ou de froid et de passer par la terrasse.
Extension arrière du moulin de Vernières
Juillet 2021 : extension arrière du moulin de Vernières en cours de construction. Les maçons ont élargi la zone d’implantation, coulé une dalle et monté des murets qui recevront l’ossature bois. La porte sur le salon a été banchée et coulée.
La toiture du moulin de Vernières a été démolie, une fenêtre en façade éclairant l'étage a été percée puis un lindage installé. Nous sommes fin juillet.
La toiture du moulin de Vernières a été démolie, une fenêtre en façade éclairant l’étage a été percée puis un lindage installé. Nous sommes fin juillet.

Avant les congés d’été, la toiture a été démolie, une fenêtre a été ouverte en façade destinée à éclairer la grande salle de l’étage. Puis l’ensemble a été chaîné, une nouvelle charpente a été posée et les hauts de murs arasés par les maçons. La couverture en tuiles a été installée au tout début octobre.

Moulin de Vernières, toiture en cours de reconstruction.
Moulin de Vernières, toiture en cours de reconstruction. La charpente vient d’être posée.

A l’arrière, les charpentiers ont de leur côté posé les panneaux en ossature bois constituant l’extension du petit gîte. Elle accueillera un salon et ouvrira sur une terrasse.

Le 11 octobre 2021, le moulin de Vernières est couvert et le salon en ossature bois a été construit. On le devine ici dans l'ombre.
Le 11 octobre 2021, le moulin de Vernières est couvert et le salon en ossature bois a été construit. On le devine ici dans l’ombre.

Au début de cette semaine, les menuisiers s’activaient à équiper les ouvertures de fenêtres, laissant alors la place, une fois la maison hors d’eau et hors d’air, aux plaquistes, électriciens, chauffagistes, plombiers…

6 thoughts on “Le moulin de Vernières

  1. Bonjour,
    nous attendions avec impatience un nouvel article !
    Merci de ce cadeau de ce jour, et, c’est avec plaisir que nous découvrons cette réalisation ; notre attente est récompensée ; bonne continuation, et, à bientôt !

  2. Très beau travail de rénovation, j’ai connu ce moulin de la Verniere lorsque l’abbé Duval l’habitait.
    Il y faisait très frais…bien que magique, ce lieu donne envie de revenir .
    Quelle belle œuvre, toutes ces informations sont passionnantes.
    Christine masseteau

  3. Bonjour
    Toujours du bel ouvrage de nos artisans locaux qui font preuve d’un savoir faire exceptionnel.
    Je précise qu’en 1972, une petite roue entrainait un alternateur pour produire de l’électricité en 24 volts qui alimentait quelques ampoules, donnant un faible éclairage non stabilisé faute d’onduleur pour réguler la tension.

    merci pour les photos et les commentaires pertinents

    1. Bonjour Philippe, la conduite forcée qui alimentait cette roue va être en partie gardée et « mise en scène » pour rappeler cette période.
      Merci à vous pour vos commentaires !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *