Nouara, et l’ascenseur qui monte, qui monte…

… sans toucher le ciel, mais pour atteindre une hauteur non négligeable, plus de 9 mètres. Une prouesse pour les artisans maçons qui n’ont pas les moyens de B. ou V., ou d’autres constructeurs de tours, mais qui ont de vraies compétences techniques et savent s’adapter aux conditions du site. Et qui n’ont pas le vertige non plus. Petit focus sur l’ascenseur, donc, une façon de leur tirer notre chapeau.

Pour commencer, petit retour aux plans (les échelles sont différentes entre les plans) :

Coupe de l'escalier.
Coupe de l’escalier.
Ascenseur
Plan Est – ouest du soubassement du massif de l’ascenseur et de l’escalier. En bas à gauche, l’emplacement de l’ascenseur, en bas à droite, celle de l’escalier. En avant, les murs supportant le surplomb du palier et du balcon. La construction va se mener étage par étage, par tranche, la cage d’ascenseur à part, puis les murs est, les murs ouest pour finir par la dalle de l’étage supérieur qui chaîne l’ensemble.

 

Au rez-de-chaussée, une passerelle (en gris) enjambe le bief qui sépare le bâtiment du massif ascenseur/escalier. En bas à gauche la cage d'ascenseur, à droite le départ de l'escalier, en béton vers le premier étage. Le palier et le balcon de demi-étage sont dessinés.
Au rez-de-chaussée, une passerelle béton (en gris) enjambe le bief qui sépare le bâtiment du massif ascenseur/escalier. En bas à gauche la cage d’ascenseur, à droite le départ de l’escalier, en béton vers le premier étage. Le palier et le balcon de demi-étage sont dessinés.
Le palier du premier étage, avec en gris la passerelle enjambant le bief. L'escalier est ici métallique, pas de cage en béton. Palier et balcon de mi-étage, ainsi que la deuxième volée d'escalier sont tracés.
Le palier du premier étage, avec en gris la passerelle béton enjambant le bief. L’escalier est ici métallique, pas de cage en béton. Palier et balcon de mi-étage, ainsi que la deuxième volée d’escalier sont tracés. Le palier du deuxième étage est proche d’aspect.

 

Le massif de l’ascenseur est sorti de terre au début de l’année 2020, par le terrassement, puis les fouilles (tranchées avant fondations), puis les fondations et le soubassement enfin, tout ça entre janvier et mars.

 

Massif de l'ascenseur et de l'escalier de secours. Au dernier article, nous en étions restés aux fondations. Les fondations ont été coulées et le ferraillage implanté. Les premières banches ont été installées pour le cœur de l'escalier qui fera face à la vallée.
Les fondations en février.
Les soubassements de l'ascenseur et de l'escalier ont été débanchés. Le passage au-dessus du bief reliant ce massif au couloir d'accès a été coulé. Les banches des parties supérieures sont encours de montage.
Les soubassements de l’ascenseur et de l’escalier avant le confinement. Le trou en bas à droite accueillera l’ascenseur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Puis, de retour de confinement, à partir de mai, les murs et les niveaux ont poussé avec force sueur et huile de coude. Mais pas tous du même front, l’ensemble est bien trop vaste, par tranches : la partie ouest qui est la cage d’escalier, la partie est (la cage d’ascenseur proprement dite), la dalle d’accès aux étages du bâtiment, et la dalle et chaînage des étages du massif de l’ascenseur. Sans oublier la façade du massif côté bâtiment.

le 19 juin, façade du massif de l'ascenseur et de l'escalier d'accès aux étages. Le rez-de-chaussée est construit.
Le 19 juin, façade du massif de l’ascenseur et de l’escalier d’accès aux étages. Soubassement, rez-de-chaussée et palier de mi-étage sont construits de ce côté. On aperçoit à gauche le mur de soutènement de l’escalier.
L'escalier menant du rez-de chaussée au 1er étage. La première volée est maçonnée, les suivantes seront métalliques.
Fin juin, l’escalier menant du rez-de chaussée au 1er étage. La première volée est maçonnée, les suivantes seront métalliques.
15 juillet, les derniers murs du rez-de-chaussée et base du 1er de la cage d'escalier sont en cours de coulage.
15 juillet, les derniers murs du rez-de-chaussée de la cage d’escalier sont en cours de coulage.
Vue de la cage d'escalier et ascenseur depuis la terrasse de la salle de la poutre. Tout en bas à droite le bief, tout à gauche les banches en cours de remplissage.
Vue de la cage d’escalier et ascenseur depuis la terrasse de la salle de la poutre. Le rez-de-chaussée est bâti.

De l'extérieur, installation de la dalle permettant d'accéder au premier étage.

Etape suivante, coulage de la dalle du 1er étage. Un coffrage a été construit au-dessus du vide pour la passerelle reliant le bâtiment à l’escalier (la forêt d’étais). Puis le haut des murs de l’escalier/ascenseur ont été chaînés et la dalle coffrée entre les murs et la cage d’ascenseur.

Le béton coulé est ensuite vibré pour éviter les bulles et faire remonter l'eau pour un meilleur séchage.
Le coffrage de la dalle du 1er et du chaînage en plus gros plan.
Fin août, cette même dalle une fois décoffrée : à gauche, l'arrivée de l'escalier, à droite la cage d'ascenseur, au centre le palier de l'étage et la passerelle.
Fin août, cette même dalle une fois décoffrée : à gauche, l’arrivée de l’escalier, à droite la cage d’ascenseur, au centre le palier de l’étage et la passerelle.

 

De face, nous voyons deux forêts d'étais supportant les coffrages des passerelles du rez-de-chaussée et du 1er étage, le palier de mi-étage de l'escalier et les murs soutenant le 1er étage.
Fin août, de face, nous voyons deux forêts d’étais superposées supportant les coffrages des passerelles du rez-de-chaussée et du 1er étage, le palier de mi-étage de l’escalier et les murs soutenant le 1er étage.

Début septembre, la cage d’ascenseur a déjà pris un étage de plus, et l’équipe attaque le montage des murs du premier étage.

Sur le palier du 1er étage, la cage d'ascenseur se détache à droite. A l'arrière, les banches du mur du fond sont en cours de montage.
Sur le palier du 1er étage, la cage d’ascenseur en cours de banchage se détache à droite. Nous voyons la partie entre deux banches, avec les grilles métalliques servant à armer le béton. La porte est coffrée en bois. A l’arrière, les banches du mur du fond sont aussi en cours de montage.
Mi-septembre, la cage d'ascenseur est entièrement banchée, le mur nord aussi, et le mur sud, côté bâtiment, est en cours de montage, une paroi de banches étant installée.
Mi-septembre, la cage d’ascenseur est entièrement banchée, le mur nord aussi, et le mur sud, côté bâtiment, est en cours de montage, une paroi de banches étant installée.

Une semaine plus tard, le premier étage de l’ascenseur est décoffré, les maçons attaquent le deuxième étage, en commençant par le banchage de la cage d’ascenseur, les autres murs venant par la suite.

Le 21 septembre, les banches sont posées pour le coulage du 2e étage de la cage proprement dite de l'ascenseur à droite, et de l'accès
Le 21 septembre, les banches du 2e étage de la cage d’ascenseur commencent à être posées. La hauteur devient vertigineuse, et les hommes sont protégés par de petites passerelles métalliques et barrières de planches. Tout se construit à la main depuis la passerelle de l’étage inférieur.
28 septembre, le mur d'entrée du massif escalier et ascenseur.
28 septembre, le mur d’entrée du massif escalier / ascenseur une fois décoffré. C’est sur la passerelle entre ce massif et le moulin que vont s’élever les étais du coffrage de la passerelle supérieure.

Fin septembre, les murs ont été coulés puis décoffrés. Va débuter maintenant la construction du coffrage de la passerelle du 2e étage, puis celui du chaînage et de la dalle du palier de l’escalier et de l’ascenseur. Le montage des coffrages va prendre plusieurs jours car partant de quelques planches et d’étais.

La cage d’ascenseur s’élèvera encore au-dessus du 2e étage, au même niveau que le toit du bâtiment, car moteur et mécanisme de l’ascenseur sont situés au-dessus de la cage. Environ encore quatre mètres de plus…

Nous sommes sur la passerelle du 1er étage, nous regardons vers la fosse de la future roue du moulin. En bas à droite, nous apercevons le ruisseau. La protection métallique paraît bien frêle par rapport à cette hauteur, personnes souffrant du vertige s'abstenir.
Nous sommes sur la passerelle du 1er étage, nous regardons vers la fosse de la future roue du moulin. En bas à droite, nous apercevons le ruisseau. La protection métallique paraît bien frêle par rapport à cette hauteur, personnes souffrant du vertige s’abstenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *