Des nouvelles du chantier

À Nouara, travaux de gros et de second œuvres progressent de front, en divers sites du chantier.
Un récent point sur l’état d’avancement, à l’occasion de l’assemblée générale de la Fondation, a malheureusement fait apparaître des retards accumulés (travaux complexes, non prévus parfois, et en point d’orgue l’arrêt « Covid » et sa reprise lente) qui repoussent l’ouverture à 2022. Sans plus de précision sur la date. Rien d’étonnant au vu de l’ampleur du chantier, et il faut sans cesse avoir à l’esprit que l’on effectue de la réhabilitation d’anciens bâtiments en très mauvais état à l’origine, et que le moulin de Nouara accueillera du public ce qui renforce les normes et les difficultés de construction.
Revenons donc à notre chantier, qui n’était qu’une ruine, ou pas loin, voilà deux ans et demi.

Toiture en cours de démontage.
Petit rappel, état de l’auditorium et du reste du vieux moulin voilà presque deux ans et demi, en mars 2018 : le démontage est en cours… Au mitan de l’année 2020, deux toitures ont été posées (ce qui signifie que le gros oeuvre maçonnerie en-dessous est achevé) et les artisans du second oeuvre sont à l’ouvrage. Le troisième bâtiment verra sa nouvelle toiture posée à l’automne 2020. Un travail énorme a déjà été accompli.

Côté auditorium, les électriciens ont achevé leur intervention, après avoir passé toute sorte de câbles pour alimenter les lumières d’ambiance, de secours, de spectacle, ou bien la vidéo, le son, ou encore la boucle magnétique pour les malentendants. Et j’en passe. Un très gros boulot.

Le spécialiste de la vidéo a fait ses choix de matériels et d’installation en fonction des demandes, la salle sera équipée de base d’un système vidéo et audio de qualité haut de gamme. De quoi écouter une conférence en toute serénité. La sonorisation complémentaire se fera ensuite en fonction du spectacle accueilli.
L’intervention de l’expert ne s’est pas limitée à l’auditorium puisque chaque salle de réception sera munie d’un écran vidéo encastré au plafond et motorisé, d’enceintes et de vidéo-projecteurs eux aussi encastrés au plafond. Pas d’installation « bidouilles », chacun quelle que soit la raison de sa présence dans la salle n’aura qu’à amener son ordinateur et se brancher sur le système intégré pour projeter ses vidéos.

Pour en revenir à l’auditorium, nous avons testé le prototype du fauteuil qui sera installé dans la salle : du grand confort, le bonheur pour le dos ! Les fauteuils ne seront pas installés tout de suite, juste avant la livraison des bâtiments pour éviter qu’ils ne soient abîmés.

Le prototype du fauteuil qui sera installé dans l'auditorium. La couleur peut encore changer, plus foncée ?
Le prototype du fauteuil qui sera installé dans l’auditorium. La couleur peut encore changer, plus foncée, les accoudoirs seront plus carrés.

Dans le grand gîte et le logement de fonction, nous n’en sommes qu’au stade du gros œuvre. Les poutres de la dalle supérieure ont été coulées, l’escalier du gîte qui permettra d’accéder à l’étage a été tracé au mur et coffré, le hourdis bois/béton qui soutiendra la dalle va être construit à partir de la semaine prochaine. Puis coulage général de l’ensemble.

Coffrage des futures poutres soutenant la dalle du deuxième niveau du gîte, au-dessus du logement de fonction (au 6 juillet 2020). Depuis, les poutres ont été coulées.
Coffrage des futures poutres soutenant la dalle du deuxième niveau du gîte, au-dessus du logement de fonction (au 6 juillet 2020). Depuis, les poutres ont été coulées.

Poursuivons notre balade dans le bâtiment pour nous arrêter à la meunerie. Les plaquistes et électriciens sont entrés en action après les monteurs de la ventilation. La cloison entre la salle et l’office a été construite, le plafond isolé et les plaques du faux plafond posées. Idem en ce qui concerne le studio d’artiste au-dessus de l’atelier, et les sanitaires en lien avec la salle.

Le plafond de la salle a été isolé, sous les grosses conduites de la ventilation. Les cloisons et faux-plafond sont en cours de pose. La cloison du fond sépare la salle de l'office. A côté, les électriciens s'activent à passer le réseau électrique entre les panneaux d'isolant et les plaques de placoplâtre.
Le plafond de la salle a été isolé, sous les grosses conduites de la ventilation. Les cloisons et faux-plafond sont en cours de pose. La cloison du fond sépare la salle de l’office. A côté, les électriciens s’activent à passer le réseau électrique entre les panneaux d’isolant et les dalles de Placoplatre, avant la mise en place de ces dernières.
Les sanitaires de la salle de la meunerie sont séparées du studio d'artiste par une cloison, ici en cours de montage.
Les sanitaires de la salle de la meunerie sont séparées du studio d’artiste par une cloison, ici en cours de montage. A droite, on aperçoit le vitrage de sécurité posé devant les meules de la meunerie.
Au 15 juillet, la cloison est achevée entre la salle et l'office, et le montage du faux-plafond est fortement avancé. Les plaques sont acoustiques.
Au 15 juillet, la cloison est achevée entre la salle et l’office, et le montage du faux-plafond est fortement avancé. Les plaques sont acoustiques.
Même jour, le placage des sanitaires est achevé, celui du studio aussi. La "porte" ici pratiquée est provisoire, juste le temps qu'un escalier soit installé dans le studio.
Même jour, le placage des sanitaires est achevé, celui du studio aussi. La « porte » ici pratiquée est provisoire, juste le temps qu’un escalier soit installé dans le studio.

Dernière escale au massif de l’ascenseur, le plus impressionnant, le plus difficile et le plus long à mettre en œuvre car il se construit en s’élevant de rien, en posant des banches, en coulant le béton, en démontant les banches… Et en surplomb par rapport à la fosse de la roue. Le premier étage est en partie coulé, le massif devrait être achevé à la fin de l’année et s’élèvera à neuf mètres environ au-dessus du sol…

le 19 juin, façade du massif de l'ascenseur et de l'escalier d'accès aux étages. Le rez-de-chaussée est construit.
Le 19 juin, façade du massif de l’ascenseur et de l’escalier d’accès aux étages. Le rez-de-chaussée est construit.
fin juin 2020, la première volée de l'escalier menant du rez-de-chaussée au 1er a été coulée.
Fin juin 2020, la première volée de l’escalier menant du rez-de-chaussée au premier a été coulée.
Mise en place des banches du premier étage de la cage d'ascenseur, mur sud. Etape complexe et physique, qui demande de la précision pour que le mur réalisé soit droit et au bon endroit (pas le droit de se rater sur les cotes).
Mise en place des banches du premier étage de la cage d’ascenseur, mur sud. Etape complexe et physique, qui demande de la précision pour que le mur réalisé soit droit et au bon endroit (pas le droit de se rater sur les cotes !).
15 juillet 2020 : depuis la fin juin, l’équipe travaille sur les murs du premier étage de la cage d’ascenseur. Ici, le dernier mur banché va être coulé. Le mur de l’image précédente a été décoffré. Le montage et le démontage des banches demandent beaucoup de temps, de même que l’installation de garde corps autour des zones de travail, difficiles à sécuriser.
Coulage du mur nord, premier étage de l'ascenseur : le premier ouvrier à gauche dirige le flux de béton, le deuxième la pompe à béton télécommandée, le troisième fait vibrer le béton coulé pour le répartir correctement, faire remonter l'eau et éviter les bulles d'air.
Coulage du mur nord, premier étage de l’ascenseur : le premier ouvrier à gauche dirige le flux de béton, le deuxième la pompe à béton télécommandée, le troisième fait vibrer le béton coulé pour le répartir correctement, faire remonter l’eau et éviter les bulles d’air.
Vue de la cage d'escalier et ascenseur depuis la terrasse de la salle de la poutre. Tout en bas à droite le bief, tout à gauche les banches en cours de remplissage.
Vue de la cage d’escalier et ascenseur depuis la terrasse de la salle de la poutre. Tout en bas à droite le bief, tout à gauche les banches en cours de remplissage.

4 thoughts on “Des nouvelles du chantier

  1. Ce chantier, cet investissement doit être absolument exemplaire, tant au niveau architectural qu’artistique ou/et surtout sécuritaire. Il doit devenir une référence dans la région (Auvergne en opremier lieu) pour d’autres investissements dans le domaine, et pour avoir été dans les commissions d’attribution des licences d’organisateur de spectacles depuis leur création par Jack Lang jusqu’ à il y a quelques années, je dois dire que tous les lieux, malgré souvent les injonctions et les exigences, voire les refus et les sursis, sont loin d’être de la première qualité, même au niveau de la sécurité. Il est sûr qu’il est difficile de rendre « parfaite » une église de village dans la montagne, et pourtant il faudra bien que tous les lieux soient conformes. Je suis donc ce chantier pour en tirer les leçons principales pour tous. On verra pour la programmation quand il sera inauguré. Dr. Jacques Coulardeau
    P.S. ce site est déclaré « Not Secure » par Google Chrome

  2. Merci pour ce focus de chantier très intéressant. Encouragements à tous les professionnels qui œuvrent à cette magnifique réalisation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *