Travaux au ralenti

Après plus d’un mois d’arrêt à cause du Covid-19, les travaux ont repris doucement à Nouara, en essayant de respecter les règles de sécurité Covid : distances, pas de co-activité sur une même zone, désinfection des poignées de portes… et tout autre objet utilisé par plusieurs personnes, un point d’eau ajouté pour le lavage des mains, gel, masques et lunettes en cas de besoin (le tout pris en charge par la Fondation, maître d’ouvrage, pour ne rien faire peser sur les entreprises qui ont déjà perdu énormément avec l’arrêt de travail)… Sans oublier les règles de sécurité « hors Covid », pas simple de travailler en pensant à tout.

Voilà longtemps que je n’avais pas donné de nouvelles du moulin et des travaux, difficile dans ce semi-engourdissement où l’on avait l’impression que les avancements étaient figés, peu visibles. Le soleil et la chaleur aidant, je me suis aperçu des changements nombreux, et je relativise dans certains cas cette sensation de gel (sans mauvais jeu de mots). Vous comprendrez bientôt !

Reprenons par le début. Nous avions laissé le moulin en février (eh oui !) avec que des débuts : début de travaux sur le grand gîte, débuts balbutiants de l’escalier et de l’ascenseur, accélération progressive côté auditorium, au final, pas mal de choses à montrer.

L’ascenseur et l’escalier sont sortis de terre, et même s’ils sont un peu en arrêt tout de suite, le massif est bien visible. Le plus simple est de montrer les évolutions en images.

Massif de l'ascenseur et de l'escalier de secours. Au dernier article, nous en étions restés aux fondations. Les fondations ont été coulées et le ferraillage implanté. Les premières banches ont été installées pour le cœur de l'escalier qui fera face à la vallée.
Massif de l’ascenseur et de l’escalier de secours. Au dernier article, nous en étions restés au creusement de l’emplacement. Le gros béton a été coulé et le ferraillage des fondations implanté. Les premières banches ont été installées pour le cœur de l’escalier qui fera face à la vallée.
Les soubassements de la cage d'ascenseur et d'escalier sont banchés, pour les mettre ainsi à niveau avec le rez-de-chaussée du couloir d'accès.
Les soubassements de la cage d’ascenseur et d’escalier ont été coulés pour les mettre ainsi à niveau avec le rez-de-chaussée du couloir d’accès. Les banches sont en cours de démontage.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les soubassements de l'ascenseur et de l'escalier ont été débanchés. Le passage au-dessus du bief reliant ce massif au couloir d'accès a été coulé. Les banches des parties supérieures sont encours de montage.
Les soubassements de l’ascenseur et de l’escalier ont été débanchés. Le passage au-dessus du bief reliant ce massif au couloir d’accès a été coulé. Les banches des parties supérieures sont encours de montage.
Vu du dessus, le massif de l'ascenseur avant le confinement. Depuis, les travaux n'ont pas repris sur cette partie.
Vu du dessus, le massif de l’ascenseur avant le confinement. Depuis, les travaux n’ont pas repris sur cette partie.

 

 

Un accès au premier ascenseur et à l'escalier montant de l'accueil a été ouvert dans le mur nord de la grange.
Un accès au premier ascenseur et à l’escalier montant de l’accueil a été ouvert dans le mur nord de la grange.

Petit saut vers le sud pour atteindre le poste de travail du grand gîte. Au passage, l’escalier menant de l’accueil du moulin au niveau supérieur a avancé, avec la construction du mur le séparant du gîte et le coulage de la dalle du palier. La porte d’accès au couloir vient d’être ouverte.

Au dernier article, les maçons préparaient le coulage de la dalle, en commençant par celui de la poutre la soutenant. Juste avant le confinement, la dalle avait été coulée, voici quelles en furent les étapes, en images.

Installation des poutrelles qui soutiendront le hourdis bois puis la dalle.
Installation des poutrelles qui soutiendront le hourdis bois puis la dalle.
Les hourdis bois une fois installés.
Les hourdis bois une fois installés, ainsi que le ferraillage et les réservations eau et électricité. Le rez-de-chaussée du gîte côté cour.
Même chose côté logement de fonction.
Même chose côté logement de fonction.
La dalle du gîte une fois coulée, ainsi que le palier de l'escalier à gauche. Vue de l'escalier de l'accueil à la sortie sur cour, avant que le mur de refend ne soit construit.
La dalle du gîte une fois coulée, ainsi que le palier de l’escalier à gauche. Vue de l’escalier de l’accueil à la sortie sur cour, avant que le mur de refend ne soit construit.
La dalle du logement de fonction une fois coulée.
La dalle du logement de fonction une fois coulée.
Une grande ouverture a été pratiquée dans le mur de l'ancienne grange pour créer deux baies sur deux niveaux.
Une grande ouverture a été pratiquée dans le mur ouest de l’ancienne grange pour créer deux baies sur deux niveaux. Quant à la porte de gauche, elle aussi vient d’être ouverte et coulée, elle donne sur l’escalier accédant à l’étage supérieur du gîte.

Dernier secteur sur lequel les travaux avancent, une surprise comme un bonbon au chocolat : l’auditorium. Vous n’allez pas reconnaître les lieux, il y a loin de la halle du dernier article à la salle de maintenant. En février et mars, les menuisiers intervenaient pour poser les lattes sur les murs, les électriciens passaient des fils.

Les menuisiers habillent le mur de lattes en bois, selon un schéma calculé par un bureau d'étude acoustique.
Les menuisiers habillent le mur de lattes en bois, selon un schéma calculé par un bureau d’étude acoustique.

Début mars, les charpentiers entre en scène pour monter les gradins. À la mi-mars, fermeture du chantier, les gradins étaient presque achevés.

État des gradins à la fermeture du chantier.
État des gradins à la fermeture du chantier. Couloir d’accès à droite, un couloir identique se devine à gauche.

Réouverture du chantier à la fin avril, doucement. Les plaquistes interviennent pour isoler le mur de scène. Les charpentiers reprennent du service pour achever les gradins une fois les plaquistes partis travailler à l’entrée de l’auditorium, des cloisons sont à créer.

Les charpentiers ayant terminé les gradins, les menuisiers reviennent pour poser le parquet sur les gradins. Les électriciens ré-interviennent pour achever leur travail entrepris en février. Un vrai ballet… Et jamais plus de deux personnes à chaque fois.

Les plaquistes isolent le mur de scène.
Les plaquistes isolent le mur de scène.
Du haut des gradins, non achevés encore à la réouverture du chantier. De belles proportions pour cette salle de spectacles.
Du haut des gradins, non achevés encore à la réouverture du chantier. De belles proportions pour cette salle de spectacles.
A l'entrée de l'auditorium, sous les gradins, le futur vestiaire, et derrière une salle de rangement.
A l’entrée de l’auditorium, sous les gradins, le futur vestiaire, et derrière une salle de rangement.
Deux semaines plus tard, les gradins en cours d'achèvement, pose des dernières marches. La régie est située tout en haut.
Deux semaines plus tard, les gradins en cours d’achèvement, pose des dernières marches. La régie est située tout en haut.
Pose du parquet sur la structure brute des gradins.
Pose du parquet sur la structure brute des gradins.
Détail du parquet.
Détail du parquet.
Après le passage des électriciens et des menuisiers, le parquet et l'alimentation de l'éclairage des marches.
Après le passage des électriciens et des menuisiers, le parquet et l’alimentation de l’éclairage des marches.

9 thoughts on “Travaux au ralenti

  1. Super !!!! Que d’avancées pendant le confinement !!
    Merci pour toutes ces photos Isabelle.
    Bonne journée
    Aurélien

  2. pensez-vous nous faire une visite de chantier cet été?
    Bravo et merci de nous tenir informés des avancées de ce beau chantier pour un futur culturel tant espéré.
    Marie DROUIN_GARREL

  3. Une hibernation « forcée » permet de découvrir, maintenant, une belle avancée de travaux ! Quelque part, on se croirait dans une pièce de théâtre dans laquelle il y a beaucoup de mouvements ! Merci encore Isabelle !

    1. Bonjour à vous, ça me fait plaisir de reparler du moulin ! Et je suis toujours autant surprise de votre réactivité, à peine publié, à peine commenté ! Merci !

  4. Je venais d’apprendre, désolé, l’annulation du Festival de la Chaise Dieu. Quel plaisir de voir toutes ces avancées au Moulin. Nouara me manque et j’espère voir sauter dès que possible cette triste limite des 100km…

  5. Bonjour

    Je souscris à la proposition de Marie d’un projet de visite de ce chantier grandiose.
    Merci pour ce compte rendu détaillé et les photos impressionnantes du savoir faire
    des artisans locaux.

    1. Oui, effectivement, une visite serait très appréciée, même si Isabelle aurait sûrement beaucoup de préparation … mais, le covid-19 est malheureusement toujours présent, et, l’opération risquerait d’être assez difficile à réaliser … mais, il doit toujours y avoir des solutions !

      1. Bonjour, Je suis heureuse de votre enthousiasme, mais il n’est pas question de visite de chantier, Covid ou pas. Il faudra encore ronger votre frein… en attendant l’ouverture du site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *