Pas de répit pour les murs

Il est temps de donner des nouvelles du chantier de Nouara, et surtout des maçons qui n’ont pas déserté, loin de là !

Le site vu d'en-haut, avec l'auditorium, de nouveau couvert et bardé.
Le site vu d’en-haut, avec l’auditorium, de nouveau couvert de tuiles canal et bardé. Un nouvel échafaudage au fond est cours de montage.

Depuis l’intervention marquante des charpentiers, puis leur départ, le chantier semblait n’avancer qu’à petits pas. Semblait. Les efforts se sont poursuivis sur la maçonnerie et les menuiseries extérieures. Les lindages avaient été changés, de fausses portes et une vraie ont été posées à l’auditorium. De beaux panneaux en bois massif double épaisseur avec une âme au milieu pour renforcer l’isolation et l’acoustique. Les autres portes et panneaux, en bois et aluminium, sont en construction dans les ateliers des artisans.

De fausses portes ont été installées, ainsi qu'une porte de secours tout à droite.
De fausses portes ont été installées, ainsi qu’une porte de secours tout à droite. Seul changement à la façade puisqu’il y avait à l’origine une fenêtre, la sortie de secours étant par l’arrière. Les fenêtres ne vont pas tarder en bas, alors qu’en haut les fausses fenêtres seront bouchées par des panneaux en bois fixes à ventelles.

De leur côté, les maçons finissaient d’ouvrir les dernières portes côté nord  du vieux moulin pour s’attaquer ensuite à la démolition de la meunerie. La toiture et la charpente furent déposées, puis l’on s’intéressa aux murs. Hélas, là encore mauvaise surprise, seule une partie des murs devait être démolie, mais devant le piètre état de la maçonnerie restante et sa solidité chancelante, il fut décidé de tomber l’étage de la meunerie. Depuis une semaine donc, les maçons ont entrepris l’arasement des murs, et lundi dernier le rez-de-chaussée côté cour était atteint, ce qui équivaut au bas du premier étage côté jardin.

La façade la meunerie une fois le niveau supérieur démoli. Le pignon ouest du vieux moulin apparaît, l'étage supérieur non encore construit et le mur "brut de décoffrage".
La façade de la meunerie une fois le niveau supérieur démoli. Le pignon ouest du vieux moulin apparaît, avec sa dalle « casquette brut de décoffrage ». Il manque l’étage en ossature bois à construire.
Chantier archéologique ? Non, ce qui reste du bâtiment de la meunerie côté cour vu depuis la fenêtre de l'étage du vieux moulin.
Chantier archéologique ? Non, ce qui reste du bâtiment de la meunerie vu depuis la fenêtre de l’étage du vieux moulin.

Après les démolitions des murs vont venir celles des planchers puis des dalles en place au rez-de-chaussée côté jardin, qu’il faudra casser pour établir un niveau différent des actuels. Par la suite, le pignon nord va être reconstruit ainsi qu’une partie des murs est et ouest, qu’il est prévu depuis l’origine d’ouvrir grandement par des baies vitrées. Depuis la cour, l’effet est saisissant tout de suite, avec une grande aspiration vers la vallée.

Depuis la cour, la vue porte loin dans la vallée maintenant que le bâtiment du fond de cour a été en partie démoli.
Depuis la cour, la vue porte loin dans la vallée maintenant que le bâtiment du fond de cour a été en partie démoli.

Nous ne sommes pas encore à la reconstruction, mais elle va vite être là, tout comme les charpentiers qui devraient réinvestir les lieux une fois les échafaudages installés des deux côtés du vieux moulin. La semaine prochaine vraisemblablement.

Un échafaudage est en cours de montage sur la façade sud du vieux moulin : les charpentiers ne vont pas tarder à revenir pour installer les panneaux d'ossature bois puis la charpente qu'ils ont construits dans leurs ateliers. Echafaudage renforcé pour supporter les vents forts comme ceux qui soufflaient lundi dernier.
Un échafaudage est en cours de montage sur la façade sud du vieux moulin : les charpentiers ne vont pas tarder à revenir pour installer les panneaux d’ossature bois puis la charpente qu’ils ont construits dans leurs ateliers. Echafaudage renforcé pour supporter les vents forts comme ceux qui soufflaient lundi dernier. Un deuxième va venir s’appliquer contre la façade nord.

4 thoughts on “Pas de répit pour les murs

  1. L’auditorium montre bien que le charme est conservé, et l’ouverture de la cour sur la vallée offre une très belle perspective que la verrière devrait pouvoir préserver. Merci pour ce nouveau post !

  2. Je suis passé cette semaine. Grosse émotion même convaincu qu’il va ressusciter en mieux avec des petites touches de modernisme. Voir la meunerie dans cet état ce n’est pas conseillé aux âmes sensibles. Il vaut mieux s’abstenir et revenir pour voir le gaillard quant il sera terminé. Cordialement

    1. Bonjour Eric, je comprends votre émoi, moi aussi, qui n’ai pas votre passé avec le moulin, ça m’a saisie. Il n’était pas prévu que tous les murs soient arasés à ce niveau, mais ils étaient trop malades (pour ceux situés côté cours, vers les meules). Les travaux de reconstruction ne vont pas tarder. Quant à la meunerie (mécanismes et meules s’entends), elle va retrouver une nouvelle jeunesse et une roue, et va pouvoir fonctionner lors de démonstrations ; elle ne sera plus une pièce de musée, nous redécouvrirons les bruits, les cliquetis, les odeurs de farine… qui ont disparu de la vallée voilà plusieurs dizaines d’années. Courage, vous pourrez bientôt revenir et revoir un gaillard vaillant (même si pas achevé, on ne devrait plus rien démolir…).

Répondre à Isabelle Audinet Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *