Une Grande sauterelle

 Clair de lune.

Un criquet sur la pierre

commence à chanter.

Ida Dakotsu (1885 – 1962)
Grillon
Grillon champêtre

Sauterelles, criquets, grillons, courtillières appartiennent tous à l’ordre des Orthoptères dans la classe des insectes. Ce sont des insectes sauteurs, « chanteurs », volants pour ceux qui possèdent des ailes comme la grande sauterelle, certains criquets, la courtillière. Quant à différencier les sauterelles des criquets, pour faire très court, les sauterelles ont de très longues antennes fines, plus longues que leur corps, à l’inverse de celles des criquets qui sont courtes et plus massives.

Les antennes des criquets sont plus petites que leur corps, et ici massives.
Les antennes des criquets sont plus petites que leur corps, et ici massives.

J’ai déjà observé plusieurs espèces de criquets, sauterelles et grillons à Nouara, des petites sauterelles vertes bien cachées sur les feuilles et très courantes, des criquets marron, de plusieurs tailles, certains en plein pendant leurs ébats amoureux, des grillons de toute taille.

Petite sauterelle verte, régulièrement vue sur les herbes et les feuilles des arbustes.
Petite sauterelle verte, régulièrement vue sur les herbes et les feuilles des arbustes.
Criquets en pleine copulation.
Criquets en pleine copulation.

Mais la plus rare de tous fut cette magnifique sauterelle mâle perdue sur le hérisson de pouzzolane étalé sur les voûtes avant que la dalle du premier niveau n’ait été coulée : un Barbitiste serricauda ou Barbitiste des bois. Une rareté car très peu observée, présente en France sur la frange est du pays, et apparemment plutôt en moyenne montagne, toujours près des ruisseaux.

Entrée de l'artiste. La sauterelle de dos.
Entrée de l’artiste. La sauterelle de dos.

L’espèce est peu observée en raison de son mode de vie sans doute, nocturne et arboricole (en lisière de forêt, de bois, dans les arbustes), pas très grande (de 15 à 20 millimètres). Le mâle se distingue par des couleurs plus vives sur les pattes (rouges), les élytres (rouges aussi) et par une bande jaune de chaque côté qui part de l’œil et se poursuit jusqu’à l’arrière de l’abdomen. Le corps est vert sombre pour les mâles et les femelles ; la femelle possède à l’arrière du corps un organe reproducteur pour pondre (oviscape, recourbé vers le haut et dentelé), tandis que le mâle est doté de sortes de crochets (rouges dans cette espèce et surtout qui se recourbent pour se croiser) : les cerques.

De profil, un mâle de l'espèce barbitiste serricauda. On distingue les longues antennes, la ligne jaune toute le long du corps, les couleurs vives des pattes et des élytres, et l'aspect plus sombre de l'abdomen.
De profil, un mâle de l’espèce barbitiste serricauda. On distingue les longues antennes, la ligne jaune tout le long du corps, les couleurs vives des pattes et des élytres, et l’aspect plus sombre de l’abdomen. A l’arrière du corps, bien remarquer les cerques en forme de crochets.

Comme les autres sauterelles, le Barbitiste des bois « chante » en faisant vivrer ses élytres l’un contre l’autre, mais on ne l’entend que tout près de lui, ce qui complique sa recherche. Une bonne méthode pour le repérer est d’utiliser des détecteurs d’ultrasons, comme pour les chauves-souris.

Portrait du Barbitiste des bois.
Portrait du Barbitiste des bois.
Sources :
Des informations généralistes sur les orthoptères : https://cdnfiles1.biolovision.net/www.faune-auvergne.org/userfiles/COLLOQUEFA/JOURNEEFA2018/FauneAuvergneOrthopteresARVF.pdf
Faune et flore du Massif central : http://fauneflore-massifcentral.fr/barbitiste-des-boisbarbitistes-serricauda.html
Pour ceux qui veulent identifier les orthoptères : http://files.biolovision.net/www.faune-auvergne.org/userfiles/clefortho-2.pdf
C
arte de répartion par département (Inventaire national du patrimoine naturel, Muséum national d’histoire naturelle) : https://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/593306/tab/rep/METROP
Le site généraliste sur les insectes : http://aramel.free.fr/INSECTES9bis-4.shtml
Des informations  plus expertes, pour les passionnés : https://inpn.mnhn.fr/docs/LR_FCE/LR_regionale/Auvergne/ListeRougeOrthoAuvergne2017.pdf
Un article sur l’espèce en Bourgogne : http://www.bourgogne-nature.fr/fichiers/bn1-67-71_1456997150.pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *