Autopsie d’un moulin

Le démontage des meules, du beffroi, d’une partie des mécanismes est l’étape indispensable à la remise en état de la meunerie, sachant que les poutres soutenant ces dites meules étaient attaquées par plein de bestioles et un champignon magique, la mérule. Et bien c’est fait, tout est déposé, les archures, les meules, les arbres. Pas le rouet qui est vraiment trop imposant et intransportable.

Il a fallu une après-midi à Benoît Lauriou et son associé pour sortir les meules et les descendre à l’étage inférieur de la meunerie. Avec un équipement sommaire, mais solide : deux palans, chaînes, sangles, barre à mine, pieds de biche, huile de coudes (quatre coudes, et des renforts à un moment critique).

Trémie et coffres étant juste posés, c’est un jeu d’enfant que de les ôter. Les voilà bientôt stockés le long du mur.

Archures et trémies sont déposées.
Archures et trémies sont déposées.
Les meubles (archures) sont déposés non loin des meules.
Les meubles (archures) sont déposés non loin des meules.

 

 

 

 

 

 

 

 

Apparaissent alors les paires de meules et l’autopsie du moulin. Car chaque morceau démonté apporte une information supplémentaire sur la meunerie. Benoît Lauriou, meunier depuis six générations, m’informe tout d’abord que la grande paire de meules (1,67 m de diamètre, donc très grande), est ancienne, la plus ancienne des deux. Ce sont des meules composées de plusieurs blocs de silex, mais celui-ci, assez grossier, présentant des trous et une couleur caractéristique lui font dire qu’elles sont originaires d’Épernon, pas loin de Chartres. L’usure de la meule dormante (celle du dessous), très importante (elle ne fait plus que douze centimètres au lieu d’une trentaine), incite à penser qu’elle a tourné pendant plusieurs dizaines d’années. Quant aux meules plus petites, elles sont plus récentes, sont plus belles d’aspect avec une pierre au grain plus fin suggérant qu’elles proviennent de La Ferté-sous-Jouarre. Ces meules sont marquées, une investigation plus approfondie permettra peut-être de donner un nom d’atelier… Par ailleurs, le cache de l’axe recevant la meule courante (du dessus) est datable des années 1940. Ce qui nous permet de supposer une restauration du moulin dans ces années, avec un fonctionnement plus tardif qu’envisagé à l’origine avec les documents à disposition. Plein d’informations en peu de temps. Les deux paires de meules sont en assez bon état et seront donc réutilisables pour des démonstrations ! Bonne nouvelle.

Les meules sans leurs archures.
Les meules sans leurs archures.
Cache de l'axe de la grande et vieille paire de meules.
Cache de l’axe de la grande et vieille paire de meules.
Cache de l'axe de la petite paire de meules, datable des années 1940.
Cache de l’axe de la petite paire de meules, datable des années 1940.

 

 

 

 

 

 

 

 

Concrètement, comment procède-t-on pour déposer des meules (ceci n’est pas un tutoring!)?

Il faut d’abord ôter le cache au bas des meules, puis il s’agit alors de les désolidariser grâce à un pied de biche glissé entre les deux meules. On agrandit l’écartement jusqu’à pouvoir glisser une sangle renforcée jusqu’au trou central de la meule courante (œillard) et former une boucle. Au préalable, dans le cas de Nouara, un palan a été attaché à une poutre de la charpente située au-dessus, en un second palan a été accroché au premier. Un trou a aussi été pratiqué dans le plancher car les meules doivent être déposées… à l’étage du dessous. D’où le double palan pour avoir de la longueur.

Premier écartement des meules, la paire la plus ancienne, au pied de biche.
Premier écartement des meules, la paire la plus ancienne, au pied de biche.
Découpage du sol pendant que la première meule attend, suspendue, d'être descendu au niveau inférieur.
Découpage du sol pendant que la première meule attend, suspendue, d’être descendue au niveau inférieur.

La sangle est pendue au crochet du second palan, et commence alors le levage par traction des chaînes, petit à petit, d’abord du deuxième palan, puis du premier. Doucement, tout doucement, en contrôlant les mouvements de chaque meule, elles sont levées à la verticale et descendues par le trou dans le plancher pour être stockées près des mécanismes.

Descente de la meule.
Descente de la meule.
Le système des palans.
Le système des palans.

 

 

 

 

 

 

 

 

Apparition.
Apparition.
Stockage
Stockage

Vient ensuite le tour du beffroi, cette structure en bois qui soutient les meules. Les poteaux, en raison de la présence de mérule, vont être détruits et remplacés par des poteaux bruts, non vernis (comme c’était le cas jusqu’à présent). Le lendemain matin, le rouet apparaît dans toute sa majesté au milieu du vide. Le plancher haut est entièrement démonté, il sera lui aussi changé. Quant aux poutres, la question ne se pose même pas, leur état de faiblesse laisse rêveur lorsque l’on sait la masse énorme qu’elles avaient à supporter. Chance ?

L'état des poutres soutenant depuis des décennies les meules laissent rêveur...
L’état des poutres soutenant depuis des décennies les meules laisse rêveur…
Le rouet apparaît tout seul accroché à l'arbre une fois le beffroi et les mécanismes déposés. Quelques heures plus tard, l'arbre sera ôté, le rouet reposera appuyé contre le mur...
Le rouet apparaît tout seul accroché à l’arbre une fois le beffroi et les mécanismes déposés. Quelques heures plus tard, l’arbre sera ôté, le rouet reposera appuyé contre le mur…
Les poutres ayant soutenu les meules, qui vont être démontées elles aussi.
Les poutres ayant soutenu les meules, qui vont être démontées elles aussi.

Une fois tout évacué, il ne reste plus au final qu’un trou béant qui sera bouché par la reconstruction de l’ensemble avant que les travaux de réhabilitation du bâtiment n’attaquent.

 

 

4 thoughts on “Autopsie d’un moulin

  1. Merci pour ce très bel article de présentation de ce travail de démontage d’un mécanisme qui a rendu service à un grand nombre de générations. Bravo et bon courage pour la suite, le remontage et la présentation au public du travail terminé que nous attendons avec une impatience non dissimulée!

  2. si, vous avez oublié un ingrédient pour tout ce démontage …


    de l’huile de coude, et, une grande réflexion pour agir au mieux !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *