Du côté de la cour

Projection d'architectes, Georges Floret, Christian Roul, Pierre Deat.
Projection d’architectes, Georges Floret, Christian Roul, Pierre Deat.

Je vous avais présenté voilà quelques semaines un petit bout de cour par journée ensoleillée, quelques heures de sérénité au moulin. Poursuivons donc notre tour extérieur du propriétaire. Après avoir longé la coursive nord, nous débouchons sur le chemin des papetiers qui court tout en haut du jardin. Virage à droite et nous aboutissons à la cour. Ici, pas de changement flagrant, des petits détails seulement, des bardages plus neufs mais ils changeront vite de couleur, un peu plus de pavés, une cour plus régulière peut-être ? Plus plate en tout cas. Mais la meule est bien toujours au milieu d’un massif, la façade irrégulière du vieux moulin n’a pas acquis une régularité de château Renaissance, les pierres sont toujours apparentes, les encadrements en bois des fenêtres n’ont été changés que parce qu’ils étaient inutilisables… Bref, l’ambiance d’autrefois se retrouve.

Le dessin présente une des premières versions des aménagements de la cour. Le pavage est très présent, ce qu'il ne sera pas en réalité, qu'on laissera envahir par les herbes un peu folles dans sa traversée. seule la partie du fond sera vraiment pavée. La meule a ici disparu, mais elle sera toujours en place, formant une sorte de massif. L'aspect sera moins minéral qu'il ne l'est ici.
Le dessin présente une des premières versions des aménagements de la cour. Le pavage est très présent, ce qu’il ne sera pas en réalité, qu’on laissera envahir par les herbes un peu folles dans sa traversée. Seule la partie du fond sera vraiment pavée. La meule a ici disparu, mais elle sera toujours en place, formant une sorte de massif. L’aspect sera moins minéral qu’il ne l’est ici (et moins froid).

Si, vous allez me dire, là-bas au fond il y a une galerie et des baies vitrées à la place d’un mur. C’est vrai, pour ouvrir sur la vallée, pour une question de transparence, le premier étage de la meunerie côté jardin et son rez-de-chaussée côté cour ont été remplacés par de larges baies qui prodiguent lumière à l’intérieur et horizon à la cour. Le mur en lui-même n’avait pas un caractère particulier, et la réhabilitation a pour objectif d’adapter l’architecture pour apporter plus de confort aux utilisateurs.

La cour sera un endroit idéal pour se reposer en écoutant les oiseaux, le vent dans les bois au-dessus, pour profiter de la vie tout simplement. De temps en temps un petit concert ou un conte au clair de lune dans la douceur de l’été…

Vue de la cour, dessin de Pierre Deat. Quelques pavements, une pergola pour le gîte, un arbre, et rien d'autre ne change.
Vue de la cour, dessin de Cap Paysages. Quelques pavements, une pergola pour le gîte, un arbre, et rien d’autre ne change.

3 thoughts on “Du côté de la cour

  1. et on a hâte de voir en vrai, les dessins sont tellement alléchants, et on retrouve si bien les moulins prêts à une nouvelle vie. Les lieux ont des mémoires qui ne s’en vont jamais, même avec la nouveauté qui va s’insérer dans cette belle histoire

    1. Merci Christine, merci Gérard. La mémoire des lieux ne s’en ira pas puisque nous allons la distiller tout au long des bâtiments, et voilà plus d’un an que je travaille dessus, ça n’est pas pour l’enterrer. Mais nous sommes obligés d’adapter ces bâtiments pour les ouvrir à tous, et les rendre plus vivables. Peut-être aurait-il été plus simple de réaliser des appartements locatifs, les contraintes auraient été bien moindre, et les changements extérieurs aussi !

  2. Reprendre sous forme de pergola un appentis disparu est une idée lumineuse. Et au sens propre, la galerie vitrée va apporter lumière et perspective à cette cour très encaissée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *