De l’ombre à la lumière

Noyras, Noirat, Noiras, Nouara ? Nous ne nous sommes jamais penchés ici sur l’origine des noms du moulins. Une tradition veut que le nom actuel, Nouara, vienne d’une transformation de “naoura” d’origine syriaque, connu plus communément sous le terme “noria”. Il s’agit d’une roue à augets, élévatrice d’eau, inventée entre le IIIe et le IIe siècle avant J.C., et destinée à irriguer les cultures ou alimenter les aqueducs. Si l’analogie entre la roue à augets de la noria et la roue des moulins est séduisante, renforcée par la légende de l’origine syrienne de la famille Gourbeyre (cf. article : “Chroniques légendaires – 1”), la fonction des roues en question est totalement différente : l’une utilise l’eau pour relever l’eau, l’autre utilise l’eau pour entraîner des machines. Et ce terme pourrait s’appliquer à tous les moulins des trois vallées. Pourquoi Nouara à Nouara alors ?

L’origine du nom est en réalité récente. Jusque dans les années 1920, Nouara dans les archives retrouvées s’appelait selon l’humeur du rédacteur NOIRAT ou NOIRAS. Aux XVIIIe, XVIIe siècles, le nom s’orthographiait NOYRAS.

Cette dernière orthographe permet d’approcher plus près l’origine du mot. Le patois forézien est à la limite de trois zones régionales distinctes, la langue d’Oïl au nord, l’Occitan au sud et à l’ouest, et le Franco-provençal sur la frange est de la France.

Le Forez est situé à la croisée de trois grandes zones linguistiques : langue d’Oïl, Franco-provençal et Occitan.

Un petit tour sur des sites Internet s’intéressant aux patois et langues régionales nous donnent une localisation du nom de famille NOIRAT, et son étymologie. Un nom rencontré principalement vers les Savoies, en Suisse proche, et dans le nord de la France. Quant à l’origine, il faut aller chercher du côté de NEY ou NAY, en patois forézien, né, gni =  NOIR

De nos jours, Nouara est clair, lumineux, mais le site a subi sans aucun doute d’importants bouleversements depuis les siècles précédents. Passé le haut du site, on rentre dans une vallée encaissée, sombre, et l’abandon des lieux depuis quelques années a encouragé une repousse des buissons et des arbustes qui renferment le ruisseau en descendant vers Le Petit-Vimal. Noirat est noirâtre, inéclairé, il peut être inquiétant ou mystérieux…

Après les années vingt et la publication de l’ouvrage de Claude Dravaine Nouara, chroniques d’un antique village papetier, l’orthographe change officiellement, même si sur les cartes de l’IGN, le “t” final de Noirat s’est imposé à Nouara(t) !

Phonétiquement NOIRAT est proche de NOUARA. Mais ce mot NOUARA, que l’on peut aussi rapprocher de NOURA, ou encore NOUR, sont des mots d’origine arabe aux significations différentes de NOIRAT.

NOUARA est un prénom arabe signifiant “FLEUR BLANCHE” ; NOUR en arabe encore est la LUMIÈRE, NOURA est LUMINEUSE.
Quant à NORIA que nous avons précédemment évoqué, au-delà de la roue à augets, ce mot signifie ECLATANTE…

Nour la lumière
Noura la lumineuse
Noura la lumineuse
Nouara la fleur blanche
Nouara la fleur blanche

Claude Dravaine a fait oublier Noirat la sombre grâce à Nouara la fleur, la blanche, la lumineuse, qui convenait mieux selon elle à l’atmosphère de ce site papetier.

Voilà aussi pourquoi nous trouvons un texte en arabe sur une réalisation en fer forgé de la colonie l’Arche, qui a tout simplement essayé de transcrire le prénom NOUARA, très approximativement.

Plaque en fer forgé fabriquée par la colonie l’Arche, détail « Nouara » écrit en arabe, approximativement.

2 thoughts on “De l’ombre à la lumière

  1. et si de nioure,niourant pour les ceusses qui ont abusé-avant les lois- des picrates locaux, type pouzin, cépages depuis prohibés en vertu(sic) de leurs capacités à neutraliser puis détruire irréversiblement les neurones affectés prioritairement à une comprennette basique, il n’y avait une sourcinette à explorer…..

    1. On en revient au même, « être noir » = « être ivre »! La scène est cependant moins belle, les corps de poivrots étalés sur la place, faisant en sorte d’échapper à la noyade dans le torrent. Pas très flatteur pour les papetiers…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *