Mousses et lichens, tapisseries naturelles

Vous prendrez bien une petite salade ?

Le précédent post dévoilant un premier dessin de ce que devrait devenir Nouara a eu un succès certain. D’autres vont venir, mais patience… Revenons aujourd’hui à un sujet  qui peut au premier abord paraître moins palpitant, je vais vous parler des mousses et des lichens.

Au lieu de les attaquer pour les faire disparaître, je préfère les observer sur les murs, les arbres et les rochers de Nouara. Encore des mondes merveilleux inconnus à portée de nos yeux.

Les « feuilles », un doux tapis.
En détail
En détail

Les mousses (qui appartiennent à un type de végétaux qui ne sont pas vascularisés, les Bryophytes) et les lichens, avec les algues, sont des organismes colonisateurs de zones dévastées (comme après une éruption volcanique, ou un incendie) qui préparent « le terrain » pour l’installation de végétaux « plus fragiles » et demandant des conditions de sols moins précaires. Ce sont aussi des organismes essentiels à certains milieux comme les forêts ou les tourbières.

Une étoile
Une étoile

Ils peuvent s’installer partout, sur tous les supports, et contrairement à ce que l’on croit, lichens et mousses ne détruisent par les arbres qu’ils colonisent puisqu’ils ne s’implantent pas dans les écorces et ne puisent pas dans leurs réserves. Les mousses se nourrissent des nutriments apportés par l’eau de ruissellement et par la décomposition de l’activité des insectes et des petits mollusques.

Echevelée
Echevelée
Feuillue en tapis
Feuillue en tapis
Habitée
Habitée
Fleurs et "porte spores"
Fleurs et « porte spores »
Détail des "fées clochettes"
Détail des « fées clochettes »

Les lichens sont d’étranges organismes, symbioses entre un ou plusieurs champignons et un ou des éléments capables de fixer le dioxyde de carbone grâce à la lumière (algue, cyanobactérie).

Trompettes ?! Cladonia fimbriata (?), sur une fine couche d’humus accumulée sur un rocher.
Mousse des chênes (?), lichen commun sur les arbres, utilisé en parfumerie. Très sensible à la qualité de l'air, notamment la quantité d'azote.
Mousse des chênes (?), lichen commun sur les arbres, utilisé en parfumerie. Très sensible à la qualité de l’air, notamment la quantité d’azote.
Cladonia, organismes très complexes
Lichen crustacé sur un rocher près du ruisseau.
Lichen crustacé sur un rocher près du ruisseau.
Mousse du chêne (lichen) (?) et mousse sur la branche d’un prunier.
Comme des concrétions sur les pierres du moulin.
Comme des concrétions sur les pierres du moulin.
Détail de la mousse du chêne (Evarnia prunasti)
Détail de la mousse du chêne (Evarnia prunasti)
Sur une vieille marche du moulin.
Sur une vieille marche du moulin.
Des milliers de "patelles" sur les marches du moulin.
Des milliers de « patelles » sur les marches du moulin.

Les lichens et les bryophytes sont des lanceurs d’alertes sur la qualité de l’air que nous respirons, accumulant les métaux lourds. Certains sont plus fragiles que d’autres, jusqu’à disparaître dans des lieux fortement pollués. D’autres comme les lichens crustacés sont coriaces.

D’autres espèces que celles présentées ici sont visibles au moulin, comme le Candelaria concolor, d’un beau jaune d’oeuf, mais il est inaccessible car sur les bardages haut du moulin, ou encore Peltigera membranacea présent au sol dans les bois. Une “chasse” au minuscule de plus…

1 commentaire sur “Mousses et lichens, tapisseries naturelles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *