Les rouges-queues de la cour


Un grincement, ou une espèce de froissement, retentit à intervalles réguliers avec des notes claires et chantées depuis la fin de l’hiver dans la cour du moulin. Ou bien se sont des notes brèves, agacées qui se font entendre. De qui ou de quoi peut-il s’agir ? Alors on cherche partout et l’on découvre le petit agité, ou plutôt les deux petits agités, deux petits oiseaux. L’un est sur le câble qui porte la lampe entre les deux bâtiments, l’autre à l’opposé, sur le bord d’une fenêtre. L’un est noir et gris foncé avec une queue rouge brique qui bouge sans cesse, l’autre est marron gris clair, avec un semblant de rouge sur la queue qui est tout aussi mobile.

On devine la couleur rouge de la queue, le ventre gris-noir avec quelques plumes blanches. Le mâle rouge-queue.

Ce sont les rouges-queues de la cour. Monsieur et madame. Combien sont-ils ? Un couple, plus peut-être, mais ils se font entendre et il est évident que nous les dérangeons, ou que nous les inquiétons. Le nid est dans les parages, mère et père se relaient sans cesse une fois les petits éclos pour les nourrir. Et ils ont du travail les pauvres parents, les quatre à six jeunes sont insatiables.

Le mâle, plus visible cette fois.
Un plumage bien plus terne, c’est la femelle.

Une quinzaine de jours après leur naissance, le stress augmente, les petits tombent du nid pour rester cachés encore deux semaines environ au sol avant leur envol. Là, gare à la pie, au milan ou à la buse qui tournent en haut, sans compter les prédateurs terrestres. Alors les rotations pour la nourriture et la surveillance continuent jusqu’à ce qu’ils soient autonomes.

Là, pas de repos, une deuxième nichée est encore possible si la nourriture est disponible et si le temps est clément.
Ils sont bien sûr plus silencieux depuis que l’automne est là, mais on les voit traverser la cour à toute vitesse, d’un vol puissant pour un petit oiseau.

Vous ne savez pas qui je suis, mais moi aussi je niche à Nouara.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *