Chroniques légendaires – 1

La lecture des ouvrages de Claude Dravaine (Nouara, chroniques d’un antique village papetier) et d’Henri Pourrat (Dans l’herbe des trois vallées) nous plongent dans l’intimité d’une corporation très pragmatique, mais teintée de fantastique. À qui ou à quoi en attribuer la cause ? La culture du secret chez les papetiers et les besoins de la cause, la tradition des contes lors des veillées, les lieux propices aux mystères… Peut-être à tout ça et à d’autres choses à la fois.

Nouara est en tout cas nimbé de légendes et d’histoires, vraies ou pas, peu importe. L’important est de se laisser bercer par leur musique.

La légende des Gourbeyre

D’aucun ont considéré que cette légende était l’histoire réelle de l’implantation des papetiers en Auvergne. Elle n’est en fait que l’une des quatre légendes créées de toutes pièces par les papetiers concernés : les Gourbeyre, les Montgolfiers (d’Annonay), les Malmenaide et les Sauvade, pour asseoir leur légitimité en tant que papetiers tardivement installés.

Si l’on veut bien en croire les Gourbeyre, l’origine de leur famille remonterait au XIIIe siècle. Suite à la septième croisade, saint Louis serait revenu en son royaume accompagné d’un papetier Syrien, un certain Gour-Bey (ou Gur-Bey), pour importer la fabrication du papier (chiffon) en France. Trouver un lieu idéal ne se fait pas aussi simplement, laisser faire le hasard est le sésame vers la réussite. Ainsi en alla-t-il pour Gour-Bey qui, apparemment, voyagea avec saint Louis autour de son royaume. En 1262, saint Louis maria son fils Philippe à Isabelle d’Aragon en Auvergne à Clermont. Étaient présents leurs hôtes, le comte et la comtesse d’Auvergne, la comtesse étant Éléonore de Baffie, d’Ambert et Livradois. Elle attira en ses terres le Syrien, pensant au bien de ses sujets. L’idée n’était pas mauvaise puisque Gour-Bey trouva là, dans les vallées au-dessus d’Ambert, le lieu qu’il cherchait pour faire son papier.

Telle est la légende.

Bois gravé de François Angeli, dans l’ouvrage d’Henri Pourrat, « Dans l’herbe des trois vallées ».

La réalité est tout autre. Les Gourbeyre sont issus d’un village de Valcivières, le hameau de Gourbeyre. Quant à l’origine, plusieurs possibilités. Pour les uns, sites de généalogie aux étymologistes non précisés, Gourbeyre serait ici issu de l’occitan « gorb », qui porte la hotte, ou bien encore du même occitan « corbaire », qui courbe. Autre version, celle de Michel Boy et de Jean-Louis Boithias dans leur dernier ouvrage sur les moulins et papetiers d’Ambert. Pour eux, le bas-latin « gerberia », ayant évolué en « gerbeyre » dès 1350 est à l’origine de Gourbeyre, et désigne une grange, « gerberie » en patois du Livradois.

Tout ceci reste flou, mais local.

Tant pis pour l’exotisme, mais s’il lui faut porter la grange sur son dos, le Syrien ne joue plus !

7 thoughts on “Chroniques légendaires – 1

  1. je pense que pour connaître l’étymologie du nom patronymique et du nom de lieu « Gourbeyre », il serait judicieux de se rapprocher du parler local car quand on fâne, on « gorbe » le foin, c’est à dire qu’on regroupe le foin afin que l’agriculteur puisse passer avec son char … Gourbeyre est-il à rapprocher du mot « grange » ???

    1. j’ai pu voir que le nom gourbeyre viendrait de celui qui accompagner les frères Montgolfier , le compagnon fabricant de papier qui avait le secret, il s’appelait gourbey, ils sont revenus avec lui lors de leur périple en orient.. j’espère que je n’ai pas fait d’erreur, ca m’intéresse vraiment , une partie de ma généalogie 🙂

      1. à mon humble avis, mais, je n’ai jamais de recherche sur l’étymologie des noms de personnes et/ou de lieux ; je pense que le « Gur Bey » est une légende … çà fait « exotique » une origine d’Orient …

  2. en réalisant ma généalogie, j’ai pu découvrir les ancêtres papetiers, j’ai découvert ce moulin ! ce fil de l’histoire m’impressionne, marchands et fabricants de papier, j’aimerais vraiment le visiter un jour! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *