Parce qu’il faut bien commencer par quelque chose…

… nous avons commencé par vider le moulin.

La fondation Omerin a acheté le domaine en septembre 2015, avec tout son mobilier. Ce qui signifie de l’armoire à la petite cuillère en passant par le gant de toilette ou les jeux pour enfants.

Pleins, les bâtiments étaient pleins.

Premiers jours de déménagement, on jette plus qu'on ne met de côté.
Premiers jours de déménagement, on jette plus qu’on ne met de côté.

Alors oui, vider le moulin nous a paru le plus cohérent pour débuter. Tâche titanesque de prime abord, mais pas insurmontable avec un peu de pragmatisme et d’organisation. Et avec l’aide précieuse de quatre jeunes envoyés par la Mission locale d’Ambert, dont deux, Marie et Bastien, ont largement donné de leur peine pendant un mois. Un grand grand merci à eux.

Repos des guerrier à midi, un jour de déménagement
Repos des guerriers à midi, un jour de déménagement

Pour faire bref, une grosse partie des objets et du mobilier, en état, ont été gardés et stockés, dans l’attente d’être réutilisés à l’avenir. D’autres ont été donnés à Récup’Dore Solidaire, ressourcerie de Saint-Amant-Roche-Savine, et association de réinsertion par l’emploi. Le reste, inutilisable car trop abîmé pour être récupéré a été trié et envoyé en recyclage lorsque possible, ou jeté.

On débarrasse les lits, tables de chevets... inutilisés et inutilisables.
On débarrasse les lits, tables de chevets… inutilisés et inutilisables.

Drôle d’expérience que ce déménagement. Il ne s’est pas simplement agi de vider des bâtiments de machines, ou d’objets sans âme. Nous avons pénétré dans l’intimité d’un vieux monsieur (le moulin) et d’une vieille dame (l’association l’Arche), soixante ans de vie commune. La sensation étrange que tout s’était arrêté la veille, que les enfants venaient de partir et que les moniteurs allaient venir faire le ménage pour la saison suivante. Ici un gant de toilette qui séchait dans les douches, tiens, un des gamins va chercher son produit douche, la petite fille là-bas va pleurer sa poupée oubliée dans le berceau… Et tous les efforts que l’on sent au travers des aménagements et bricolages divers pour faire revenir les enfants dans ce moulin.

Un peu de nostalgie sans doute, mais pas de tristesse. Nouara en a vu bien d’autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *