Vous avez dit Nouara ?

La façade emblématique du vieux moulin de Nouara.

Noyras, Noirat, Nouarrat, Nouara, peu importe l’orthographe, le lieu suscite l’intérêt depuis des centaines d’années. Site magique en bordure de forêt, traversé par des eaux bouillonnantes descendant de la montagne, Nouara, vieux hameau papetier d’Ambert, fut une ruche bruissant d’activités. Il a aussi connu plusieurs déclins, jusqu’à la quasi-ruine, et plusieurs renaissances.

C’est l’histoire de la dernière en date que nous allons suivre, pas à pas, jusqu’à ce que le Nouara nouveau, millésimé 2019 ? ou 2020 ?, arrive.

Que veut-on et que va-t-on faire de ce vieux moulin à papier ? Un lieu culturel ouvert à tous et quelques hébergements, un lieu pour se réunir pour un séminaire ou en famille. Voilà dans les grandes lignes.
Pour les détails, nous verrons petit à petit.

L’histoire s’annonce passionnante, les acteurs qui vont la suivre sont assurément animés par un profond enthousiasme à l’égard du sujet.

Voilà par ordre d’entrée en scène les Fondateurs, Xavier Omerin en tête, et les membres du conseil d’administration de la fondation, qui se sont battus pour que ce projet voie le jour ; puis votre serviteur, Isabelle Audinet, l’animatrice qui aura le bonheur d’habiter à Nouara et qui, en attendant, coordonne.

Sont entrés dans le jeu les architectes, Georges Floret, Étienne Astier et Christian Roul, et un duo architecte d’intérieur et décoratrice, Jean-Claude Malartre et Catherine Lepage, qui ne seront pas trop nombreux pour plancher sur le sujet et trouver des idées à la hauteur de nos imaginations. Et oui, car nous avons chacun une idée plus ou moins précise de ce que pourrait être telle ou telle pièce, la déco…

« Stop ! », nous ont dit les architectes, « à nous de cogiter ! ». Ok, nous allons devoir ronger notre frein.

Vivement les premières esquisses… !

 

2
La cour du domaine vue vers l’ouest.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *